Fermeture des bureaux de SHT les lundis 24 juin et 1er juillet

Aller au contenu

Situation économique maskoutaine : le secteur industriel tient les rênes de l’économie

Situation économique maskoutaine : le secteur industriel tient les rênes de l’économie

Historiquement, la contribution du secteur manufacturier à l’économie globale de Saint-Hyacinthe et de sa région a toujours été considérable. Cela est d’autant plus exact depuis le début de la pandémie alors qu’une large part des industries maskoutaines ont intensifié leurs opérations en raison du caractère essentiel de leurs produits. D’ailleurs, ce secteur a vite rebondi et est en voie de reprendre son niveau d’activités d’avant crise.

« Plus de la moitié des industries maskoutaines est liée d’une manière ou d’une autre à la filière agroalimentaire. Cela inclut toutes les entreprises de produits et de services qui permettent aux transformateurs alimentaires d’éviter la rupture de production comme les entreprises de mécanique et maintenance industrielle, de logistique de transport et d’entreposage, etc. », précise Karine Guilbault, directrice du développement industriel de Saint-Hyacinthe Technopole.

Ainsi, même en plein confinement, au moins 60 % des industries du territoire de la ville de Saint-Hyacinthe ont maintenu leurs opérations presque normalement. En septembre, à peine quelques semaines après la reprise permise de l’ensemble des activités, les entreprises locales consultées par Saint-Hyacinthe Technopole affichaient des perspectives de croissance encourageantes.

« Les données recueillies auprès de la quasi-totalité de nos industriels locaux sont fort rassurantes. À peine 3% d’entre eux se sont dit être pessimistes quant à la croissance de leur entreprise à moyen terme, ce qui ne représente qu’une hausse minime de ce pourcentage par rapport à ce que nous avons enregistré avant l’apparition des risques liés à la pandémie », ajoute madame Guilbault.

Contre toutes attentes, près de 70 % des industries ont déclaré ne pas prévoir d’effets négatifs de la pandémie sur leur chiffre d’affaires qui devrait, selon eux, se maintenir au niveau de 2019 ou même être en hausse pour 43 % des entreprises. Dans la même veine, les prévisions d’investissement des industries déclarées en septembre pour 2020 dépassent d’un peu plus de 25 % celles qu’elles avaient estimées en janvier, ce qui fait dire à Saint-Hyacinthe Technopole que les risques de devoir de nouveau opérer à personnel réduit poussent les entreprises à investir stratégiquement dans leur parc d’équipements et soutenir ainsi leur productivité.

Une base solide avant la pandémie

Il faut dire que tout allait rondement pour le secteur manufacturier avant le début de la pandémie. Le bilan manufacturier, que présente Saint-Hyacinthe Technopole annuellement, démontrait une croissance impressionnante de l’activité des industries pour 2019, avec des investissements à la hausse et une augmentation record de l’emploi dans nos industries locales.

La dernière année a permis la réalisation de quelque 126 projets d’expansion industriels et de 7 démarrages qui ont généré des investissements globaux de 172,5 millions de dollars dans notre économie. Il s’agit d’une quatrième hausse consécutive du total annuel des investissements industriels et d’une augmentation de 8,5 % par rapport à l’année précédente. Cet indicateur surpasse également de 6 % la moyenne des résultats des dix dernières années.

Sans surprise, c’est la filière agroalimentaire qui domine l’activité économique du territoire maskoutain. Ainsi, l’ensemble des entreprises de celle-ci, qui inclut les activités liées à la transformation des aliments, au vétérinaire et aux biotechnologies, a investi tout près de 130 millions de dollars, soit quelque 57 % des investissements industriels totaux.

Malgré ces bonnes nouvelles, Saint-Hyacinthe Technopole ne tient pas la reprise pour acquise. « Si de façon générale le secteur manufacturier se relève bien, il y a tout de même plusieurs entreprises qui sont fortement affectées par le ralentissement économique et les effets de la pandémie. Nous souhaitons être en mesure d’accompagner ces entreprises et d’intervenir auprès d’elles par le biais des différents programmes d’aide qui peuvent leur être offerts », a conclu madame Guilbault.

La relance du secteur manufacturier s’appuie sur des bases solides alors que l’année 2019 avait permis la réalisation d’investissements globaux de 172,5 MS dans les industries maskoutaines. Il s’agissait d’une augmentation de 8,5 % par rapport à l’année précédente. Cet indicateur surpassait également de 6% la moyenne des résultats des dix dernières années.

 

Pour plus de détails sur le portrait de la situation économique dressé par Saint-Hyacinthe Technopole, consultez le cahier économique Le Courrier d’affaires, publié le jeudi 8 octobre par Le Courrier de Saint-Hyacinthe.