Aller au contenu

La grande région de Saint-Hyacinthe : un ADN agroalimentaire

La grande région de Saint-Hyacinthe : un ADN agroalimentaire

En 1981, Saint-Hyacinthe a été reconnue comme capitale québécoise de l’agroalimentaire. Cette situation n’est pas le fruit du hasard. La région jouit de deux avantages naturels indéniables : des sols d’excellente qualité et un climat parmi les plus favorables au Québec. Ainsi, elle produit en abondance sur une superficie agricole de plus de 100 000 hectares, compte plus de 1 200 fermes de culture et d’élevage et génère quelque 20 % des revenus agricoles du Québec.

Parallèlement à la production agricole primaire, une importante industrie de transformation alimentaire s’est développée, principalement dans les secteurs des viandes, des produits laitiers et de la transformation des fruits et légumes. Cette industrie a profité de la présence de plusieurs institutions d’enseignement, de recherche et de transfert technologique implantées à Saint-Hyacinthe et dont la renommée a atteint un niveau international.

Ce positionnement hautement stratégique a valu à Saint-Hyacinthe de devenir la première ville canadienne à obtenir le statut de Technopole agroalimentaire qui lui a été décerné en 1993 par l’Association internationale des parcs scientifiques (IASP). Aujourd’hui, la région regroupe plus de 8 000 emplois spécialisés en agroalimentaire. Elle reçoit chaque année quelque 200 nouvelles entreprises ou projets d’investissement dont 50 % sont liés à ce secteur de l’industrie.

Infrastructure d’accueil associée à la grappe

Un parc technologique dédié à l’agroalimentaire
D’une superficie de près de 2 million de mètres carrés, la Cité de la biotechnologie agroalimentaire, vétérinaire et agroenvironnementale est le premier parc technologique exclusivement consacré au secteur du bioalimentaire en Amérique du Nord. Elle accueille de nombreuses entreprises spécialisées dans ce secteur. Les grandes institutions de formation, de recherche et de support à l’industrie qui la ceinturent, les services spécialisés qui y sont offerts, de même que les avantages fiscaux qui y sont associés en font un lieu privilégié pour le développement d’entreprises agroalimentaires et biotechnologiques.

Des incubateurs industriels
Les sociétés en phase de démarrage œuvrant en agroalimentaire peuvent loger à l’intérieur d’un des incubateurs industriels que compte Saint-Hyacinthe Technopole. Ceux-ci proposent des frais locatifs compétitifs et permettent à leurs locataires de bénéficier de services et d’avantages fiscaux avantageux. Les entreprises en transformation des aliments peuvent également loger dans les usines pilotes qu’offre le Centre de recherche et de développement sur les aliments. Celles-ci sont multifonctionnelles et donnent accès à un éventail complet d’équipements spécialisés.

Support institutionnel associé à la grappe
La région offre aux entreprises agroalimentaires un encadrement technologique de premier ordre grâce aux centres de recherche et d’aide au développement qui peuvent les soutenir dans la mise au point de leurs produits et des procédés de production.

Cintech agroalimentaire est une société sans but lucratif ayant pour mission de fournir le soutien professionnel à l’innovation et au transfert technologique, de la conception à la commercialisation des produits agroalimentaires. Cintech possède des laboratoires bien équipés et, depuis sa création en 1993, a réalisé plus de 1 800 mandats pour environ 1 000 entreprises.

Le Centre de recherche et de développement de Saint-Hyacinthe (CRD) est l’un des 19 centres de recherche d’Agriculture et Agroalimentaire Canada. Le CRD est le plus grand centre de recherche et de développement sur les aliments transformés au Canada. Il se spécialise dans la conservation, la transformation, la qualité, l’innocuité des aliments et les bio-ingrédients.

L’Institut de technologie agroalimentaire (ITA) (www.ita.qc.ca) fournit de la formation de niveau collégial spécialisée en agroalimentaire. Il offre plusieurs programmes techniques, dont Transformation des aliments et Génie agromécanique, en plus de créer un environnement propice au réseautage de cette industrie.

La Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal  est située à Saint-Hyacinthe. Elle est la seule faculté de médecine vétérinaire francophone en Amérique du Nord. Elle est reconnue au plan international dans les domaines de la reproduction animale, des maladies infectieuses et de l’innocuité et la salubrité des aliments.

Le Centre de recherche, de développement et de transfert technologique acéricole (ACER) est un organisme sans but lucratif financé par l’industrie acéricole (produits de l’érable). Il assure le rayonnement et le développement international de l’industrie par la maîtrise technologique et les échanges scientifiques ; la concertation de l’ensemble des intervenants du Québec dans ce domaine et en effectuant de la R&D et du transfert technologique.

Ainsi, le parcours vers l’innovation entrepris par Saint-Hyacinthe aura permis d’enraciner l’économie du savoir et l’industrie agroalimentaire dans son ADN . Ainsi, l’activité liée à cette filière dans la grande région de Saint-Hyacinthe prend la forme de :

  • 1 200 fermes de culture et d’élevage sur les meilleures terres du Québec et 20 % des revenus agricoles de la province;
  • 8 000 emplois liés aux biotechnologies et à l’agroalimentaire;
  • 120 entreprises de transformation, de fabrication d’équipement, de distribution et de services spécialisés en agroalimentaire;
  • La seule faculté universitaire francophone d’enseignement et de recherche vétérinaire des Amériques;
  • Le plus important centre de recherche et de développement en transformation des aliments au Canada;
  • 21 unités et chaires de recherche liées au bioalimentaire et au vétérinaire;
  • 18 organismes de soutien au développement et à l’innovation pour les entreprises bioalimentaires, dont trois centres collégiaux de transfert technologique (CCTT);
  • 200 chercheurs permanents de réputation mondiale dont les travaux sont dédiés à la filière;
  • La plus importante école de niveau technique de transformation alimentaire et de production agroalimentaire au Québec;
  • Plus de 500 gradués chaque année seulement dans le secteur agroalimentaire;
  • Premier parc scientifique en Amérique du Nord voué au secteur des biotechnologies agroalimentaires, vétérinaires et agroenvironnementales;
  • Un complexe de plus 25 000 m2 d’espaces locatifs pour l’incubation et la post-incubation d’entreprises innovantes;
  • Une expertise de chef de file en traitement de résidus agroalimentaires avec la plus importante usine de biométhanisation au pays et la 5e au monde;
  • Une dizaine de partenariats internationaux avec d’autres pôles technologiques et de recherche œuvrant dans le secteur alimentaire et vétérinaire;
  • 60 % des investissements manufacturiers annuels liés à la filière.

Une formation à portée de main, Un environnement industriel spécialisé dans le domaine agroalimentaire, des services de support professionnels, des sites de qualité exceptionnelle à proximité du marché du nord-est de l’amérique du nord, sont autant d’atouts qui font de Saint-Hyacinthe une technopole qui nourrit de grands projets !