Fermeture des bureaux de SHT les lundis 24 juin et 1er juillet

Aller au contenu

Les commerces maskoutains se tournent vers la vente en ligne

Les commerces maskoutains se tournent vers la vente en ligne

Le nombre de commerces maskoutains ayant des activités de vente en ligne a connu une hausse importante au cours des derniers mois.

À ce jour, c’est environ 55 % des établissements de vente au détail de Saint-Hyacinthe qui confirment avoir désormais des activités de vente en ligne par le biais de leur propre site transactionnel ou de plateformes partagées. Une montée de plus de 20 points de pourcentage comparativement aux données enregistrées en 2019.

Une statistique qui réjouit Sylvain Gervais de Saint-Hyacinthe Technopole. « Il y a quelques années déjà que le commerce en ligne est une tendance lourde dans le secteur de la vente au détail, mais localement, les commerces étaient peu nombreux à avoir de telles activités, laissant ce marché en croissance libre aux grandes joueurs mondiaux ou aux plateformes des grandes chaînes »

C’est bien sûr la récente période de confinement et la fermeture « physique » des commerces qui l’a accompagné qui ont poussé les commerçants vers une présence plus soutenue sur le web. Une façon pour eux de pouvoir maintenir un certain niveau de vente malgré la situation.  

D’ailleurs, face aux risques d’une nouvelle période de confinement, 16 % des établissements qui n’ont toujours pas de présence en ligne indiquent qu’ils souhaitent se doter d’un tel outil de vente avant la fin de l’année.

« L’achat en ligne est désormais profondément ancré dans les habitudes des consommateurs.  Depuis le début de l’année, la valeur des ventes électroniques a doublé au pays, ce qui laisse croire que cette pratique a fait de nouveaux adeptes », précise monsieur Gervais.

Selon lui, il reste encore un effort à faire pour faire grimper les activités transactionnelles électroniques du noyau commercial local. Saint-Hyacinthe Technopole vise d’ailleurs à atteindre un niveau de 70 % des détaillants ayant des revenus de vente en ligne. « Ce qui représente à peu près le maximum que ce que l’on peu espérer compte tenu que certains ont un modèle d’affaires qui ne s’adapte tout simplement pas à la vente en ligne ».

Le nerf de la guerre est maintenant de faire connaître les commerces locaux qui offrent leurs produits sur le web à la population. C’est pourquoi Saint-Hyacinthe Technopole a mis beaucoup d’énergie à répertorier ces sites depuis le début de la pandémie et en a fait un élément central de la vaste campagne de promotion de l’achat local qu’elle a mis en branle avec différents partenaires dont la MRC des Maskoutains.

Pour plus de détails sur le portrait de la situation économique dressé par Saint-Hyacinthe Technopole, consultez le cahier économique Le Courrier d’affaires, publié le jeudi 8 octobre par Le Courrier de Saint-Hyacinthe.