Fermeture des bureaux de SHT les lundis 24 juin et 1er juillet

Aller au contenu

Le télétravail : toujours une réalité à Saint-Hyacinthe

Le télétravail : toujours une réalité à Saint-Hyacinthe

Un peu plus de trois mois après le déconfinement et la reprise complète des activités économiques, 40 % des entreprises maskoutaines comptent toujours une part de leurs employés en télétravail.

Les données recueillies en septembre par Saint-Hyacinthe Technopole indiquent qu’environ 2 500 travailleurs sont toujours maintenus en télétravail par les employeurs du territoire. Un nombre qui a fondu considérablement si on les compare aux estimations faites par l’organisme pendant les mois de confinement.

« Bien que nous n’ayons pas les données nous permettant de l’évaluer de façon précise, le nombre de travailleurs des entreprises maskoutaines en mode télétravail s’est probablement situé quelque part entre 7 000 et 10 000 personnes en mars et avril dernier », explique le directeur général de Saint-Hyacinthe Technopole, André Barnabé.

Sans surprise, ce sont les bureaux et services professionnels de même que les industries qui, à ce jour, sont les plus nombreux à maintenir ce mode de travail. Respectivement, ce sont 35 % et 41 % des entreprises de ces secteurs qui ont toujours des employés travaillant de la maison. Dans le cas des bureaux, la situation pourrait alors se prolonger alors qu’à peine le tiers de ce nombre prévoit mettre fin à cette pratique d’ici la fin de l’année.

C’est tout de même le quart des entreprises maskoutaines qui n’ont pas encore statué sur un retour en installations de leurs employés en télétravail. Près de 10 % sont quant à elle déjà en mesure d’affirmer que le télétravail est là pour rester, du moins pour un certain nombre de leurs employés.

« Il est difficile de se prononcer sur le niveau auquel se maintiendra cette pratique une fois la pandémie passée, mais chose certaine, le télétravail s’est avéré une expérience positive pour la grande majorité des entreprises. Celles-ci pourraient être tentées de maintenir ce mode de travail. Pour l’avenir, cela pourrait avoir des conséquences importantes sur le secteur commercial et sur le marché immobilier », estime monsieur Barnabé.

Bien que les récentes consultations tenues par Saint-Hyacinthe Technopole auprès des entreprises locales ne permettent pas de conclure qu’un recours massif au télétravail se dessine, les bureaux et les entreprises de services professionnels sont tout de même près d’une sur dix à envisager une diminution de leurs besoins en espace. Il s’agit donc d’un enjeu que l’organisme  suit de près.

 

Pour plus de détails sur le portrait de la situation économique dressé par Saint-Hyacinthe Technopole, consultez le cahier économique Le Courrier d’affaires, publié le jeudi 8 octobre par Le Courrier de Saint-Hyacinthe.