Aller au contenu

Prevtech Innovations inc. maintenant en activité à Saint-Hyacinthe

Prevtech Innovations inc. maintenant en activité à Saint-Hyacinthe

Saint-Hyacinthe Technopole est heureuse de souligner le début des activités de l’entreprise PrevTech Innovations inc. dans le parc industriel Théo-Phénix de Saint-Hyacinthe.

Spécialisée dans les systèmes de prévention d’incendies pour les bâtiments agricoles, l’entreprise a développé une technologie unique de capteurs intelligents permettant de détecter des anomalies électriques et de générer des alertes en temps réel sur le téléphone intelligent des propriétaires d’installations agricoles.

« Une forte proportion des incendies en milieu agricole est causée par des défaillances électriques. Au Québec seulement, cela représente des pertes de près de 40 M$ annuellement sans compter l’importante perte de productivité et le traumatisme pour les producteurs et leur famille. Notre technologie permet de prévenir de telles pertes et de procurer des avantages économiques à ses utilisateurs en termes de primes d’assurance », souligne Pierre-André Meunier, président et fondateur de PrevTech Innovations.

Implantée depuis quelques mois dans ses locaux de la rue Martineau, l’entreprise vient de débuter la production et la commercialisation de sa technologie et des équipements qui y sont associés. Elle emploie actuellement six employés, un nombre qui devrait monter à quinze d’ici deux ans.

« Nous avons choisi de localiser nos activités à Saint-Hyacinthe car celle-ci est située au cœur des activités agricoles au Québec. Le support reçu par l’équipe de Saint-Hyacinthe Technopole, notamment en ce qui concerne notre recherche de financement et notre phase de démarrage, nous a confirmé que c’était un choix judicieux », a ajouté monsieur Meunier.


Photo:

M. Pierre-André Meunier, président et fondateur de PrevTech Innovations, M. Tony Rodrigue, directeur du développement des affaires de l’entreprise, et Mme Karine Guilbault, directrice du développement industriel de Saint-Hyacinthe Technopole.

Crédit: Patrick Roger